vaincre la solitude des dirigeants

Raison d’être

Depuis toujours les dirigeants ont une forte propension à se sentir isolés, mais l’isolement n’est pas une fatalité. Ce sentiment est un mal qu’il faut vaincre dans l’intérêt du chef d’entreprise, de l’entreprise et de l’économie dans sa globalité.

Un constat sans cesse renouvelé

D’après une récente étude, 75% des dirigeants se disent isolés ou trop peu entourés. Il est démontré que l’âge du dirigeant, son sexe, la taille de son entreprise ou même le caractère créatif de l’activité n’ont pas d’influence significative sur le sentiment d’isolement. Dans les principaux facteurs déclencheurs du sentiment d’isolement du dirigeant, nous retrouvons le poids des responsabilités, du fait de la complexité et de l’imprévisibilité de l’environnement ; le manque de soutien et de relais dans l’entreprise, preuve de la réelle difficulté de créer un collectif pour les dirigeants ; et enfin un phénomène mal identifié, voir éludé, l’idée qu’un dirigeant ne doit pas montrer ses faiblesses et ses doutes. Des facteurs négatifs accentuent ce sentiment d’isolement. Nous avons l’absence d’un bras droit ou d’une personne de confiance, le fait d’être seul dirigeant et propriétaire de l’entreprise, et l’absence d’un comité de direction. Ces éléments démontrent un constat frappant, mais malheureusement guère surprenant. Depuis les premières études menées sur ce sujet au début des années 1980 jusqu’à aujourd’hui, c’est un constat sans cesse renouvelé : les dirigeants ont une forte propension à se sentir isolés.

Des solutions insuffisantes

Les pratiques les plus courantes des dirigeants pour contrer le sentiment d’isolement sont la participation à un réseau d’entrepreneurs, le recours aux conseils extérieurs et la participation à des salons professionnels. Malheureusement ces solutions ne semblent pas assez efficientes pour lutter contre l’isolement. Les facteurs réducteurs de solitude qui émergent fortement et qui appuient le concept proposé sont la mise en place d’un comité de direction, la présence d’administrateurs indépendants ou d’un comité stratégie et enfin le recours à un cabinet de conseil en stratégie. Nombreux sont les articles sur ce sujet qui préconisent le partage de la décision, la mise en place d’organes de gouvernance et un travail sur le positionnement et la stratégie de croissance de l’entreprise.

Des solutions onéreuses et déséquilibrés

Un dirigeant ne souhaite pas forcément être remis en cause sur sa stratégie et ses décisions par des conseillers. Il ira néanmoins plus facilement et spontanément à la rencontre de ses pairs déjà établis. Il peut avoir recours à un administrateur indépendant, cependant cette démarche a un cout qui n’est pas compatible avec le budget de toutes les entreprises. Globalement, la présence d’un administrateur indépendant coûte de 10 000 à 50 000 euros par an, et pour ce tarif le dirigeant ne bénéficie que d’un seul regard extérieur.

Une lueur d’opportunités

La solitude est la première cause de défaillance des entreprises et pouvoir s’entourer d’un comité stratégique ne doit pas être un luxe réservé à certaines entreprises. C’est avant tout un bon moyen de prendre du recul et de bénéficier des lumières d’experts. L’outil que constitue le comité stratégique est ignoré et méconnu, alors que nombreux dirigeants n’ont pas toutes les compétences nécessaires et donc toutes les réponses à leurs questions.

entrer dans le cercle

Rejoindre

Mettre en place une gouvernance responsable pour une performance durable